Accueil - CHR/Collectivités - Avec sa nouvelle enquête, Cinov Restauconcepteur lance un cri d’alarme

Avec sa nouvelle enquête, Cinov Restauconcepteur lance un cri d’alarme

15 avril 2020
Avec sa nouvelle enquête, Cinov Restauconcepteur lance un cri d’alarme

Après avoir mené une première enquête le 25 mars dernier, Cinov Restauconcepteur, avec le concours du FCSI France et de RFE (Resto France Expert), vient de dresser un nouvel état des lieux de la situation des bureaux d’études à l’heure de la pandémie.

Ce sont 32 BET Hôtellerie-restauration qui ont répondu au questionnaire lancé dès le début du confinement par le secrétaire général de Cinov Restauconcepteur, Gilles Castel.

Une initiative qui va être prochainement étendue à l’ensemble des membres de la fédération CINOV afin de recueillir une cartographie la plus précise possible de la situation de cette filière qui vient de faire des propositions pour sauvegarder son activité et ses emplois.

En effet, statistiquement parlant, la moyenne pour un BET Hôtellerie-Restauration est la suivante :

– avec en moyenne 5 salariés, un salarié sur deux n’est plus en activité

– sur 18 opérations en phases chantiers, 17 sont à l’arrêt

– sur 46 opérations en phases études, 18 sont à l’arrêt dont 2 sont d’ores et déjà décalées d’un an

Ces résultats représentent une perte de 55% du CA/mois depuis le début du confinement.

D’où l’envoi de la Fédération CINOV de 18 propositions diffusées auprès de la CPME, de l’UNAPL et des Cabinets de Bernard Lemaire et Agnès Pannier-Runacher pour préparer la relance conformément à la demande du Gouvernement auprès de CINOV.

BET Hôtellerie-restauration : un basculement en chômage partiel

L’enquête porte sur 32 BET Hôtellerie-restauration représentant 154 salariés, 590 Chantiers en phase réalisation (missions de MOE et AMO confondues) et 1474 Projets en phases études (missions de MOE et AMO confondues).
Alors que l’étude du 25/03 montrait que Télé-confinement restait très important, la vague du 13/04 montre un glissement vers le chômage partiel en raison de l’arrêt des chantiers mais également des projets en phase études (mission MOE et AMO confondues).
Après 4 semaines de confinement, le « télé-confinement » recule largement de 13% alors que le chômage partiel augmente sensiblement de 19%. Sachant que sur les 37% de chômage partiel, 14% sont compris entre 40 et 60% et 23% dépassent les 60% de l’activité.

L’arrêt des chantiers augmente et 40% des missions en phase études sont interrompues

Le nombre de chantiers à l’arrêt augmente légèrement car les mesures de fonctionnement en mode dégradé (chantiers dont l’activité était maintenue) ne semblent pas satisfaisantes. Au 13/04/2020, 547 chantiers sur 590 sont à l’arrêt.

Les missions en phase études (non évaluées le 25.03.2020) au sein des BET en Hôtellerie-Restauration sont également très fortement impactées. En effet, si une majorité des projets en phase études est maintenue en télé confinement, 40% des projets sont interrompus !

Sur ces 40%, 4.07% sont reportés d’un an, 9.63% sont interrompus suite à l’impossibilité de se rendre sur place pour démarrer les missions (état des lieux, diag, relevés…) et 26.59% le sont suite à l’absence de prise de décision des MOA (validation de phase…). Globalement, il s’agit majoritairement d’acteurs publics qui ne disposent pas des outils nécessaires ou le retour d’interlocuteurs importants pour valider les phases des projets.

  

Nelly Rioux