Accueil - CHR/Collectivités - Bientôt des drones serveurs ?

Bientôt des drones serveurs ?

8 mai 2015
Bientôt des drones serveurs ?
Drone au restaurant

Déjà en 2013, la chaîne de sushis britanniques « Yo Sushi » avait créé le buzz, lorsqu’elle avait, dans son restaurant de Soho à Londres, mis entre les mains de ses serveurs des tablettes leur permettant de piloter des drones « commis »… Ces derniers étaient capables d’apporter un plateau garni de mets aux convives installés en terrasse. Une solution amusante qui permettait aux clients installés à l’extérieur du restaurant d’avoir le même choix de plats que celui proposé par le fameux tapis-convoyeur qui a, depuis l’origine, fait la renommée de cette chaîne.

A la même époque, Domino’s Pizza avait monté une opération similaire au Royaume-Unis pour livrer les pizzas via ces fameux quadricoptères baptisés pour l’occasion Domicopter. Ils pouvaient transporter une charge utile équivalente au poids de 3 pizzas (plus le sac isotherme). Une opération qui n’a pas eu de suite mais qui reste d’actualité pour de nombreux opérateurs confrontés aux problèmes de livraisons de marchandises.

Plus récemment, un nouveau pas vient d’être franchi. Car si les drones sont capables de faire bien des choses, ils les font généralement en plein air ! Or, maîtriser un drone à l’intérieur d’un bâtiment s’avère très utile et semblait jusqu’ici incompatible avec une telle machine. Pourtant, la société singapourienne Infinium Robotics vient de lancer un nouveau genre de drone, l’infinium-serve, un objet volant design, capable d’apporter les assiettes des convives à l’intérieur d’un restaurant ! Actuellement testé pour le groupe de restauration asiatique Timbre, l’infinium-serve peut porter des assiettes jusqu’à 2 kilos et est équipé de capteurs infrarouges pour éviter les collisions avec les clients ou les maîtres d’hôtels qui désormais peuvent rester en salle. En cuisine, au passe, on installe l’assiette sur le drone, on rentre le n° de la table dans la base de l’engin qui décolle immédiatement vers sa destination ! Conçus pour répondre à la pénurie de personnel en salle tout en faisant vivre une nouvelle expérience aux convives, le drone-serveur pourrait bien connaître dans les prochaines années son heure de gloire. Même s’il se murmure que pour financer les coûts de production il faudrait signer un chèque à sept chiffres… dont le premier reste inconnu !

Nelly Rioux