Accueil - CHR/Collectivités - Avec son dernier Bilan au 15/05/2020, CINOV veut créer une TASK Force de la Restauration pour préparer la relance

Avec son dernier Bilan au 15/05/2020, CINOV veut créer une TASK Force de la Restauration pour préparer la relance

24 mai 2020
Avec son dernier Bilan au 15/05/2020, CINOV veut créer une TASK Force de la Restauration pour préparer la relance
3D rendering of a sketch book with a modern kitchen interior, color swatches and markers

Après les 3 volets observatoires réalisés en pleine pandémie, Cinov Restauconcepteurs nous a transmis les résultats de sa 4ème enquête interne conçue avec le concours du FCSI et de RFE (Resto France Experts).

Et pour aller de l’avant et mettre en place des mesures de relance à cour terme, la branche Restauconcepteurs de la Fédération va mettre en place une Task Force de la Restauration avec l’ensemble des acteurs de la branche cuisine pro (SYNEG, SNEFCCA, FCSI, RFE, UNACPRO, UDHIR, RESTAU’CO, SNRC, GECO etc…).

Nous vous en livrons ci-après les résultats de cette dernière enquête.

En parallèle, retrouvez également les résultats issus d’enquêtes conjointes réalisées avec le SYNEG, le SNEFCCA et UNACPRO. Cliquer ICI.

Rappel du panel moyen :

  • 32 BET en Hôtellerie-Restauration
  • 154 Salariés
  • 590 Chantiers en phase réalisation (missions de MOE et AMO confondues)
  • 1474 Projets en phases études (missions de MOE et AMO confondues)

1 – Situation des salariés depuis la première enquête du 25 mars 2020 au 15 mai 2020

(Cliquer sur l’image pour agrandir)

Le « Télé-confinement » et/ou le travail en agence ont tendance à diminuer avec 6% de salariés en moins, ce qui n’est pas une bonne nouvelle. De fait les salariés en chômage partiel augmentent sensiblement avec un taux de progression de plus 10%. Le pourcentage de salariés en arrêt de travail ou en chômage technique évolue à la baisse avec le déconfinement. Cette situation reflète le ralentissement économique subit par ces structures, avec le recours encore massif au chômage partiel pour 1/3 des effectifs. Pour Cinov Restauconcepteurs,  » il est donc urgent de prolonger les mesures de soutien des BET en Ingénierie de Restauration jusqu’à la fin de l’année le temps que la reprise économique soit effective afin de maintenir l’emploi « .

2 – Situation des opérations chantiers depuis la première enquête du 25 mars 2020 au 15 mai 2020

(Cliquer sur l’image pour agrandir)

Le mois de mai confirme la réouverture des chantiers en mode dégradé, avec plus de 72% de taux de reprise (soit 425 chantiers sur 590 à l’échelle de notre enquête). Le rallongement de la durée des chantiers et le surcoût des opérations fait l’objet d’âpres négociations. La clarification sur l’affectation du portage de ces surcoûts et le mécanisme d’application des pénalités de retard deviennent un enjeu majeur pour la profession d’ingénierie de la restauration.

3- Situation des missions en phases études depuis le 13 avril 2020 au 15 mai 2020  au sein des BET en Hôtellerie-Restauration

 (Cliquer sur l’image pour agrandir)

Les tendances en phases études sont elles aussi au vert, les projets se débloquent avec la sortie du confinement, même si le taux de projets interrompus est anormalement élevé. Une action forte pour inciter à la reprise des projets doit être mise en place auprès des donneurs d’ordre de la filière.

(Cliquer sur l’image pour agrandir)

Tous les indicateurs s’améliorent: pour autant 24.6% des projets sont interrompus par absence de validation des MOA. Le recours aux AMO spécialisés peut permettre de soutenir les MOA dans la gestion de leurs projets afin de ne pas rallonger les délais de décisions, voire de reporter certains projets.

4 – Mise en place de mesures de relance à court terme pour les sites existants et à plus long terme pour les projets à restructurer et/ou à créer

Dans le cadre du plan de relance, Cinov Restauconcepteurs va proposer de mettre en place et d’animer une Task Force de la Restauration, en partenariat avec l’ensemble des acteurs de la branche (SYNEG, SNEFCCA, FCSI, RFE, UNACPRO, UDHIR, RESTAU’CO, SNRC, GECO etc…), afin de proposer :

  • Des mesures de relance liées aux évolutions nécessaires des modèles économiques de la restauration collective et commerciale,
  • Des mesures sur les évolutions réglementaires à venir,
  • Toutes les propositions émergentes sur les évolutions de nos métiers après cette période de pandémie sans précédent.
La rédaction