Accueil - CHR/Collectivités, Réglementations/Formations - Biodéchets : de la nécessité de clarifier sans opposer

Biodéchets : de la nécessité de clarifier sans opposer

12 novembre 2015
Biodéchets : de la nécessité de clarifier sans opposer

Ce qui suit est un Droit de Réponse du Geco Food Service

Capture d’écran 2015-11-12 à 13.52.58

Le GECO Food Service s’étonne de l’article de RPF Cuisine Pro intitulé «Biodéchets : une partie de la restauration collective serait hors-la-loi », et de la réaction du SYNEG concernant le « Guide sur la Gestion des Biodéchets en restauration » en cours de rédaction.
Suite à certaines pratiques observées par les Directions Départementales de la Protection de la Population, le Ministère de l’Agriculture a mandaté le GECO Food Service pour réaliser un Guide sur la Gestion des Biodéchets en restauration, avec le soutien financier de l’ADEME.
Ce Guide est conçu et rédigé PAR des professionnels de la restauration, POUR des professionnels de la restauration.
La mise en œuvre concrète des nouvelles dispositions règlementaires pour la gestion des biodéchets dans le secteur de la restauration n’est pas sans poser de nombreuses questions : ces réglementations sont complexes et interviennent sur plusieurs domaines de compétence (déchets, eaux usées, sécurité sanitaire..). C’est pourquoi les organisations professionnelles de la restauration ont répondu positivement à l’invitation du GECO Food Service pour mener, à cette occasion, une réflexion collégiale.

Le groupe de travail a commencé par rédiger un chapitre visant à clarifier cette réglementation sur les Biodéchets en relation avec les services concernés des Ministères de l’Ecologie et de l’Agriculture.
– Les questions posées aux Ministères proviennent des organisations professionnelles de restaurateurs.
– Les réponses qui y sont mentionnées proviennent des administrations concernées.

Pour présenter ces réponses et faire émerger éventuellement d’autres questions, tous les fabricants d’équipements ont été invités à une réunion le 2 octobre dernier, durant laquelle ce chapitre en l’état (document provisoire avec une réserve de diffusion, que d’ailleurs le SYNEG aurait dû respecter) leur a été présenté par l’ADEME. Toutes les explications leur ont été données sur les objectifs, risques, décisions en cours, concernant la gestion des biodéchets en restauration. Le SYNEG était représenté à cette réunion.
L’ADEME a clairement indiqué que toute question, tout commentaire, était à adresser aux représentants des Ministères qui seuls ont la légitimité de s’exprimer sur la réglementation.
Nous prenons donc la réaction du SYNEG comme une maladresse. Utiliser d’emblée la presse pour faire valoir la position de tel ou tel fabricant de matériel auprès des administrations, alors que l’on dispose des contacts pour formuler des questions ou des réactions, n’est sans doute pas le procédé le plus judicieux ! Ce n’est en outre pas le meilleur moyen de contribuer à la clarification de la réglementation, tant souhaitée par les professionnels de la restauration, et à plus de sérénité pour les acteurs.

Le GECO Food Service continuera de travailler étroitement avec les organisations professionnelles de la restauration pour permettre aux restaurateurs de se concentrer sur leur métier dans un cadre sécurisé.
Quant au titre de l’article, il n’engage que son rédacteur. Il est cependant regrettable de ne pas avoir pris la peine d’interroger le GECO Food Service pour éviter de crier au loup avant qu’il n’accoure. Il est dommage que la polémique soit plus tendance que l’information.

Commentaires de la Rédaction :

L’information que nous avons diffusée n’a été commanditée par aucune organisation professionnelle et le SYNEG n’a donc commis aucune maladresse puisqu’il ignorait que nous étions en possession de ces documents. Par ailleurs, le document provisoire dont il est question a lui-même été, comme nous l’indiquions, largement diffusé auprès des bureaux d’études cuisine, Conseils régionaux et Conseils généraux, ce qui semble être un peu en contradiction avec la réserve de diffusion évoquée dans ce droit de réponse.
Et c’est justement parce que nous défendons l’information que la rédaction a jugé utile d’alerter immédiatement la profession sur un sujet effectivement sensible mais qui nécessite d’être traité rapidement par l’ensemble des parties prenantes.

Nelly Rioux