Accueil - CHR/Collectivités - Foodles fait d’un ancien restaurant d’entreprise sa vitrine

Foodles fait d’un ancien restaurant d’entreprise sa vitrine

16 juin 2022
Foodles fait d’un ancien restaurant d’entreprise sa vitrine
Crédit : Julien Pepy

C’est dans les bureaux Equinox à Clichy que Foodles a dévoilé sa dernière réalisation de restauration collective. Réparti en trois espaces sur 600 m², l’espace se veut être le projet le plus complet de l’acteur des « cantines » nouvelles générations.

Avec cet espace de restauration collective, Foodles a voulu montrer ce qu’il sait faire de mieux. « Réunir toutes nos offres depuis nos frigos connectés jusqu’aux espaces chaud-froid, le tout sur un espace sur 600 m², c’est un peu une nouveauté », se réjouit Marlene Lima, brand content manager au sein de Foodles.

Sur site, la société Quietalis s’est chargée de l’installation des équipements sur les trois espaces : un comptoir barista ouvert de 8 h à 18 h, un « show bar » destiné aux plats chauds du jour et un bar. Le tout agrémenté de frigos connectés, brevetés par Foodles, contenant des plats élaborés en laboratoires puis livrés depuis un hub logistique situé à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis).


Après six mois de travaux lancés en début d’année 2022, l’espace de restauration collective accueille ainsi ses premiers clients depuis le début du mois de juin. La tour Equinox qui loge cette « cantine » nouvelle génération, s’est refait une beauté après son rachat en mars 2021 par les fonds d’investissement Marathon et HW Capital.

Le télétravail, un ennemi ?

Alors que l’ancien restaurant d’entreprise avait une capacité de 1300 couverts, l’espace Foodles en assure à date 250. Une offre volontairement à la baisse au regard des évolutions dans le monde du travail. « Avec un panier moyen à 7€90, les collaborateurs des quinze entreprises de l’immeuble trouveront forcément un repas sur les jours de travail en présentiel », assure Marie Tabestsing, directrice marketing.

Misant sur ses frigos connectés et brevetés, Foodles semble aspirer à être en mesure de nourrir un employé à n’importe quelle heure du jour comme de la nuit. Le tout élaboré avec des algorithmes gérant les stocks des plats stockés jusqu’à trois jours.

Lilian Pouyaud