Accueil - CHR/Collectivités - La restauration à la nouvelle Samaritaine : un écrin pour une mosaïque de goûts

La restauration à la nouvelle Samaritaine : un écrin pour une mosaïque de goûts

9 juillet 2021
La restauration à la nouvelle Samaritaine : un écrin pour une mosaïque de goûts
Voyage et sa fresque du Paon dans un espace au toit de verre qui s'inscrit sous le ciel bleu de Paris. ©N.Rioux

Pour concevoir et exploiter la Samaritaine qui vient d’ouvrir ses portes après de longues années de travaux, LVMH a choisi DFS, leader mondial de la vente de produits de luxe aux voyageurs (Duty Free et Mall).

Pour ce nouvel écrin de l’Art de vivre à la française, DFS a imaginé – avec l’aide de Frédéric Loeb (Loeb Innovation) -, une collection inédite et exclusive de lieux de restauration et de rafraîchissement dont Voyage, au 5ème étage sous la verrière. Un concept signé et désormais exploité par un trio de compétences : Houpert/Ginon/Reversade.

Le rendez-vous des fashionistas et une dizaine de points de restauration

En rouvrant ses portes à la croisée de la rive droite et de la rive gauche, La Samaritaine a repris sa place dans le paysage du shopping de luxe parisien. Sa bâtisse iconique vaut à elle seule le détour. Aux édifices Art Nouveau et Art Déco d’origine entièrement restaurés a été adjoint, côté rue de Rivoli, une nouvelle construction moderne imaginée par l’agence d’architecture japonaise Sanaa. A l’intérieur, sur 20 000 m2, à côté d’un hôtel Cheval Blanc qui ouvrira fin septembre, de bureaux, de logements sociaux et d’une crèche, c’est le paradis des fashionistas du monde entier qui vont pouvoir se restaurer tout au long de la journée. De l’aube à la nuit, La Samaritaine est désormais capable de se prêter à toutes les envies des Parisiens et des touristes grâce à 12 points de restauration qui incarnent le goût à la française. Disséminés aux quatre coins du Grand Magasin, la gastronomie, bistronomie, boulangerie-pâtisserie-restauration, le snacking, la healthy Food à la française, les vins fins sont à l’honneur. Une salade gourmande à emporter, une cuisine créative à déguster face aux toits de Paris, un très bon café à siroter, une pâtisserie à dévorer aussi avec les yeux, une eau reconstituante pour se rafraîchir… les espaces de restauration sont multiples et variés mais toujours agencés avec goût et compétences.
Ernest, boulangerie-pâtisserie-restaurant, est le fruit d’un partenariat entre le groupe Ludéric et Éric Kayser. L’enseigne, au prénom du créateur de La Samaritaine, dispose d’une offre tout au long de la journée. Mais dans la brasserie située au 1er étage, au-dessus de la boulangerie-pâtisserie, il sera bientôt possible d’y partager un dîner entre amis dans un décor signé Constance Guisset. Quant à la carte, c’est la cheffe Naöelle d’Hainaut, victorieuse de la saison 4 de Top Chef qui l’a concoctée. La cuisine a été entièrement équipée par Enodis.

 

Ernest ©N.Rioux

Le chef d’Ernest en pleine mise en place ©N.Rioux

Le parcours se poursuit avec un arrêt chez Zinc de la Brûlerie des Gobelins pour une pause-café accompagné d’un sablé customisé chez Sweet Corner by Bogato ou encore d’un shot de gingembre fraîchement pressé du bar Source. A ces enseignes s’ajoutent La Parisienne by Petit Plisson pour une pause-déjeuner saine, des écrins pour les pâtisseries, les chocolats où les « mini » de Dalloyau ou encore une baguette ou un croque-monsieur au caviar chez Street Caviar, un concept exclusif de la Maison Prunier.
L’ensemble de ces points de vente ont été aménagés par Enodis, notamment le linéaire de présentation de La Parisienne by Petit Plisson, habillé avec le même revêtement que les éléments du décor. A noter : la façade du comptoir de Street Caviar est en Corian sur lequel des images sont projetées par des vidéo-projecteurs insérés sous le plan de travail.

Voyage : culture et combinaison de goûts au menu

©N.RIOUX

Aux commandes de Voyage, Arthur Reversade (oui oui le fils de Luc !) ici avec Alexandre Houpert ©N.Rioux

Le cœur de la restauration bat au 5ème et dernier étage du bâtiment historique où se trouve Voyage, un espace atypique créé par le trio de compétences Houpert/Ginon/Reversade qui se sont associés pour l’occasion. L’espace a été transcendé par le cabinet d’architectes Jean-Michel Wilmotte et Associés et on peut notamment y admirer la fresque des paons (3,5 m de haut sur 115 m de long) qui entoure la verrière. Considérée comme l’un des chefs d’oeuvre de l’Art Nouveau, la toile de 425 M2 a été entièrement restaurée.

©N.Rioux JIMMY ELIZABETH, CHEF EXECUTIF DE VOYAGE ©N.RIOUX©N.RIOUX
Voyage fonctionne toute la journée et bientôt jusqu’à 2h du matin avec un bar où la carte a été conçue par le mixologue ultra créatif Matthias Giroud. Une belle place a été réservée aux cocktails sans alcool ou « low » en alcool avec des bases de thé et d’infusions, des jus et des sirops inédits. Au restaurant, la carte a été conçue par Mathieu Vianney, chef référant de GL Events et Franck Mischler, Chef exécutif de La Folie Douce. L’espace, qui accueillera à terme plus de 500 places assises est exploité par GL Events et les Reversade, fondateurs des fameuses Folie Douce, aguerris à gérer des flux importants de clientèle et des événements musicaux ou culturels. C’est Kitchen Place, filiale d’Enodis, qui a conçu l’espace Bar avec le BET Omnis Restauration. La cuisine est ouverte sur l’atrium qui accueille les tables. La carte, qui se lit comme une histoire, s’articule autour de différentes destinations (Grand large, St Amand, Jardin, Nouveaux Monde) et est propice à calmer les petites et grandes faims, que l’on soit seul ou accompagné. Le service s’effectue en continu et s’étendra bientôt jusqu’au soir où un espace événementiel – pourvu d’un écran 4K qui retransmet en direct le panorama sur la Seine – et culturel, capable d’accueillir un DJ, prendra place, une fois le rodage terminé. C’est Jimmy Elizabeth, Chef exécutif de Voyage, qui veille sur la longue cuisine en enfilade et sur une brigade en perpétuelle action où sont travaillé quotidiennement des produits frais. Les pâtisseries sont réalisées sur place.
Alors si l’envie vous prend d’aller faire un tour à la nouvelle Samaritaine, tentez votre chance pour réserver l’une des plus belles tables de Paris. Celle qui a une vue imprenable sur les toits de l’église St Germain l’Auxerrois pour savourer un moment hors de la fièvre du plus beau grand magasin de Paris !

©N.Rioux

Les acteurs du Projet Voyage

Maîtrise d’ouvrage : DFS

Architecte : Wilmotte et Associés

Conception Bar : Kitchen Place

BET Cuisine : Omnis Restauration

Installateur : LeCLo Concept

Matériel de cuisine : Enodis
Fours Convotherm et ConvoBake
Fours MerryChef
Cellules Irinox
Matériel de préparation Varimixer/Pacojet
Pianos et Inox sur-mesure : Enodis Production
Agencement du bar : Gamko
Laverie : Winterhalter

Nelly Rioux