Accueil - CHR/Collectivités, Fournisseurs - Pour son développement, EuroCave mise sur le Made in France et sur son savoir-faire industriel

Pour son développement, EuroCave mise sur le Made in France et sur son savoir-faire industriel

11 mars 2022
Pour son développement, EuroCave mise sur le Made in France et sur son savoir-faire industriel

La feuille de route 2022-2026 de Benoît Favier, le nouveau Président d’EuroCave, est ambitieuse et s’appuie notamment sur le savoir-faire 100% français de son groupe.

Depuis plus de 40 ans, le Groupe EuroCave incarne la conservation du vin avec des caves de service et de vieillissement Premium et une image d’excellence à la française… D’où sa notoriété à l’étranger où le groupe excelle puisque 80% de son chiffre d’affaires est réalisé à l’export, notamment aux États-Unis et au Japon. En 2021, la pandémie a eu un effet positif sur l’activité du groupe qui a enregistré un taux de croissance de plus de 13% sur le marché français et international pour un chiffre d’affaires consolidé de 37 M€.

Aux commandes de ce groupe industriel depuis à peine 2 ans, Benoît Favier, 45 ans, connaît bien l’univers du Luxe et de l’Art de Vivre. Avant de remplacer Pascal Marchand, parti vers d’autres destinés, il dirigeait La Cornue, fabricant de piano de Luxe pour les particuliers. Une cible de clientèle similaire à celle d’EuroCave dont 60% des productions vont vers ce même marché. Néanmoins, la restauration haut de gamme reste un segment convoité ne serait-ce que parce qu’elle offre une vitrine à la marque et pourrait même se développer avec les projets du nouveau Président.

Mettre la qualité au centre des développements

Seul acteur de son secteur labellisé Origine France Garantie mais aussi EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant) depuis la fin de l’année dernière, le Groupe EuroCave considère qu’il se distingue par cette origine préférée par les clients et par la qualité de ses engagements et de ses pratiques. Benoît Favier entend en tirer parti et a pour ambition de doubler le chiffre d’affaires de l’entreprise à l’horizon 2026. Son site de fabrication, 5000 m2 à Fourmies (59), devrait également évoluer pour répondre à la demande et, à terme, doubler sa capacité de production. « Notre démarche s’appuiera sur la qualité de nos fabrications françaises qui font l’ADN de notre groupe mais aussi sur notre savoir-faire industriel, nos designs et nos services, de l’installation jusqu’au SAV » a indiqué le Président à l’occasion d’une conférence de presse.
Une démarche qui se traduit notamment par la mise sur le marché de produits plus durables, sans obsolescence programmée et par une plus grande transparence sur la disponibilité et la provenance des pièces détachées.
Fort d’un réseau de distribution pluriel, avec des filiales et des concessionnaires exclusifs, la marque EuroCave veut affirmer sa différence à travers un service haut de gamme, de l’accueil en boutique aux expériences personnalisées autour du vin.

Cap sur le sur-mesure et bientôt une cave à champagne

« EuroCave s’intéresse aux nouveaux usages et pour y répondre nous allons faire évoluer nos offres » a précisé Benoît Favier. Le design et la connectivité seront à l’honneur, notamment pour les appareils distribuant du vin au verre, tandis que la consommation énergétique de l’ensemble des gammes sera optimisée et le recours à des fluides frigorigènes naturels généralisé (R600). Fin 2022, EuroCave lancera la toute première cave à champagne du marché. Une cave 100% dédiée à la conservation et à la mise en valeur des champagnes. Une innovation qui suit l’évolution des ventes de champagne car en 10 ans, le chiffre d’affaires lié à ce vin dans le monde a augmenté d’un milliard dont 85% à l’exportation.
Autre nouveauté qui devrait intéresser la restauration : l’élargissement de l’expertise du groupe en matière de conservation du vin dans le sur-mesure. « Nous savons gérer l’hygrométrie et climatiser nos caves, nous pouvons étendre ces compétences aux installations sur-mesure » a souligné Benoît Favier qui envisage la création d’un BET dédié à cette activité à mi-chemin entre l’ingénierie et l’artisanat. Un développement qui pourrait intéresser les architectes et les agenceurs qui font aujourd’hui appel à des frigoristes, des cuisinistes ou à des climaticiens pour réaliser ces espaces.

Nelly Rioux