Accueil - CHR/Collectivités - Publication des résultats du Baromètre CINOV/Covid 19

Publication des résultats du Baromètre CINOV/Covid 19

11 janvier 2021
Publication des résultats du Baromètre CINOV/Covid 19

Les derniers chiffres du Baromètre Covid 19 mis en place par la Fédération CINOV viennent de sortir. Ils mesurent l’impact de la crise sanitaire sur l’activité des 1 400 adhérents du syndicat.

Sans surprises, les chiffres du dernier baromètre Covid-19 du CINOV montrent que la 2ème vague a accentué la crise que rencontre le secteur de l’ingénierie. Les branches spécialisées dans le tourisme et l’hôtellerie-restauration sont particulièrement impactées.

– 58% des répondants déclarent une baisse de leur chiffre d’affaires sur le mois de novembre par rapport à l’année précédente,

– 20% des entreprises répondantes déclarent une baisse de chiffre d’affaires de plus de 50% par rapport à l’année précédente,

– Seulement 11% des entreprises déclarent une hausse de leur C.A en novembre.

Parmi les adhérents du syndicat certaines activités sont plus impactées que d’autres.

Un avenir de plus en plus incertain

Les prévisions à trois mois s’avèrent encore plus pessimistes qu’au mois d’octobre.

– 53% des répondants prévoient encore une baisse de leur chiffre d’affaires dans les 3 prochains mois, un résultat encore plus criant pour les indépendants qui sont 66% à anticiper une baisse.

– 8% des répondants prévoient une baisse de plus de 50% de leur C.A dans les 3 mois à venir mais en parallèle, 8% des répondants prévoient une hausse de C.A.

Une forte disparité selon les secteurs d’activité

L’impact sur l’activité des entreprises est très lié aux secteurs dans lequel évoluent leurs principaux clients :

– Les entreprises ayant pour secteur client principal l’aéronautique, l’automobile et plus largement l’industrie sont celles qui annoncent le plus (>70 %des entreprises) un CA en baisse pour novembre par rapport au même mois de l’année 2019.

– À l’inverse, les entreprises ayant pour secteur client principal la logistique, le transport ou les télécoms sont celles qui déclarent plus fréquemment (>80 % des entreprises) une hausse d’activité en novembre 2020 par rapport à novembre 2019.

– Les entreprises ayant leurs principaux clients dans les secteurs de l’automobile ou l’hôtellerie-restauration sont celles qui anticipent le plus (>60 % des entreprises) un CA en baisse pour les 3 mois à venir par rapport aux mêmes mois en 2019.

– À l’inverse, les entreprises ayant pour secteur client les télécoms, les banques et assurances, la logistique ou encore les transports sont celles qui anticipent le plus fréquemment (>60 % des entreprises) une hausse d’activité pour les 3 mois à venir par rapport aux mêmes mois en 2019.

La nature des difficultés ne change pas

 L’imprévisibilité de l’activité continue d’inquiéter les dirigeants

– 56,6 % déclarent que la principale difficulté est l’imprévisibilité de l’activité.

– 5,4 % déclarent que la principale difficulté est la gestion du personnel (télétravail/présentiel, management à distance, etc.)

– 18,6 % déclarent que la principale difficulté est la gestion de la trésorerie.

39 % des dirigeants se déclarent inquiets pour la pérennité de leur entreprise, un chiffre en légère baisse par rapport à octobre (2 points). Les plus inquiets sont les indépendants (45 %) et les entreprises de plus de 100 salariés (50%). Les moins inquiets sont les entreprises de 10 à 49 salariés où ils sont 73% à ne pas être inquiets pour la pérennité de leur entreprise.

Le télétravail ne suffit pas

Les entreprises ne semblent pas être en mesure de faire pratiquer le télétravail à 100% de leurs salariés.

– 83 % des entreprises avec salariés déclarent que leurs salariés sont amenés à travailler en présentiel en période de confinement,

– 90 % des entreprises ayant recours au télétravail ont mis à disposition des moyens matériels dédiés (informatique, logiciels, accès à distance…) pour leurs salariés,

– 35 % des entreprises ayant recours au télétravail prennent en charge les frais de télétravail de leurs salariés,

– la grande majorité des entreprises (76 %) n’a usé d’aucun formalisme pour mettre en place le télétravail.

 

L’activité partielle pour limiter l’impact de la crise

Les entreprises ont encore recours à l’activité partielle avec un regain observé en novembre.

– 21 % des entreprises ont encore un recours au dispositif d’activité partielle

– 6 % des entreprises avec salariés ont maintenu plus de 50% de leurs salariés en activité partielle.

– Parmi les entreprises qui continuent à mobiliser le dispositif, 53 % souhaitent le voir perdurer après le 31 décembre 2020.

Concernant l’activité partielle de longue durée, elle ne semble toujours pas être privilégiée par les entreprises

  • Parmi les répondants à l’enquête, le dispositif d’activité partielle de longue durée (APLD) n’intéresse que 15 % des entreprises répondantes avec salariés.
  • 67 % des entreprises qui souhaitent mettre en place le dispositif d’APLD, souhaite l’appliquer pour une durée de 6 mois.

Pas de recrutement en vue

Si la formation semble être un levier pour faire face à la crise, le recrutement est encore peu envisagé.

  • La formation apparaît encore comme un levier pour traverser la crise pour une majorité des entreprises (62 % d’entre elles, un chiffre en hausse de +12 pts vs octobre).
  • Les entreprises sont 70 % à déclarer avoir connaissance des dispositifs de financement de la formation professionnelle.
  • En novembre, seules 12 % des entreprises sont prêtes à recruter de nouveau (- 4 points vs octobre). 72% des entreprises ne souhaitent pas augmenter leur effectif (+9 pts vs octobre).

Les adhérents comptent sur leur syndicat

Les entreprises se sont positionnées sur 4 thèmes principaux pouvant être négociés au niveau de la branche par CINOV.

D’autres thèmes ont été remontés comme au mois d’octobre, dont notamment :

  • La relance de la commande publique.
  • L’allégement de la dette sociale contractée depuis la crise.
  • La baisse, l’exonération ou le report des charges dans certains cas spécifiques.
  • La continuité de l’activité partielle jusqu’à mars (ou plus).
Nelly Rioux