Accueil - CHR/Collectivités - Réouverture des restaurants : le plaisir avant tout !

Réouverture des restaurants : le plaisir avant tout !

5 avril 2021
Réouverture des restaurants : le plaisir avant tout !

Alors que nous sommes repartis pour 4 semaines de confinement, deux études mettent en lumière les bonnes pratiques à mettre en place pour la réouverture des restaurants.

Selon un article du Point, les terrasses des restaurants rouvriraient le lundi 17 mai tandis que les salles pourraient suivre entre le 1er et le 15 juin. L’hebdomadaire précise que ce calendrier sera bien entendu confirmé si le nombre de cas quotidiens positifs au Covid-19 diminue très fortement et si la campagne de vaccination redouble d’intensité.
En attendant, deux études font quelques pronostics encourageants et envisagent des scénarios pour que la réouverture se déroule pour le mieux. Leur point commun : répondre aux attentes de plaisir après plus d’un an de frustration !

Attention aux prix et à la qualité des mets

NielsenIQ (1) annonce que 52% des consommateurs français estiment qu’une fois vaccinés, ils seront confiants pour retourner au restaurant quand ceux-ci seront à nouveau ouverts. Pour 38%, la vaccination n’a pas d’impact sur leur fréquentation à venir des restaurants. Selon ce cabinet d’études, le retour aux repas sur place se fera de façon progressive car 3 facteurs sont susceptibles de freiner ce retour physique au restaurant :

  • 46% des Français sont inquiets de la proximité avec la foule dans un restaurant ;
  • 43% sont préoccupés par la désinfection et les risques de présence du virus ;
  • 41% préféreraient éviter les interactions avec le personnel ;

Pour NielsenIQ, la crise économique impactant de nombreux foyers, les restaurateurs devront être particulièrement vigilants quant aux prix pratiqués et aux offres promotionnelles afin de maintenir la fidélité de leur clientèle. Mais Virginie Gorgeon, VP Expanded Verticals, NielsenIQ BASES, se veut rassurante : “Bien que les clients restent prudents, la demande pour de la restauration hors foyer existe bel et bien. La communication est importante : les restaurants ont tout intérêt à multiplier les points de contact avec leur clientèle pendant et après les restrictions afin de maintenir les liens, et faire en sorte que leurs clients se sentent valorisés quand ils reviennent“. Il est donc temps de se préparer à un avenir plus radieux. Lorsque les restrictions seront levées, les restaurants se disputeront des parts de porte-monnaie mais aussi des parts d’estomac. Pour le cabinet d’études ce sera le moment optimal, et nécessaire, pour lancer des nouveautés ou une innovation stratégique qui mettra le restaurant au premier plan dans l’esprit des clients. Afin de redynamiser la fréquentation, les restaurateurs devront plus que jamais garder en tête que manger au restaurant reste un plaisir et pour 42% des clients, c’est bien la qualité de la nourriture qui prime. Devant la propreté pour 38% d’entre eux, et le choix du menu pour 31%.

Le digital pour rassurer, guider et participer à l’expérience

De son côté CHD Expert, leader dans la data et l’insight en foodservice, et All Eat One, solution digitale tout-en-un pour les restaurateurs, viennent de mener conjointement une enquête auprès de 500 consommateurs français afin d’essayer de comprendre quels allaient être leurs comportements à la réouverture des points de vente, mais aussi les enjeux que cela va entraîner pour les opérateurs du hors domicile. Deux tiers (67,5%) des français interrogés lors de l’enquête sont prêts à reprendre tout de suite leurs habitudes de consommation en hors domicile.
La population la plus jeune est totalement concernée par cette réalité : 8 consommateurs sur 10 âgés de moins de 35 ans retourneraient dès demain au restaurant si cela leur était possible. 22,5% des consommateurs semblent encore réticents à l’idée de retourner en points de vente, ou ne maîtrisent pas encore totalement cette volonté.
Il a été observé qu’après le premier confinement, les consommateurs français se rendaient moins dans les points de vente qu’avant confinement, mais que leur panier moyen était beaucoup important. En d’autres termes : « je vais moins au restaurant, mais je ne me fais plus plaisir ». L’étude annonce que cette même équation est tout à fait envisageable lors de la reprise, le consommateur sera prêt à dépenser plus car il aura envie de se faire plaisir. Le retour au restaurant est donc une réelle volonté, mais ne pourra se faire sans un minimum de mesures à mettre en place par l’établissement, au-delà des mesures barrières. 90% d’entre eux mentionnent dans l’enquête attendre un minimum d’espacement des tables (88%) et la mise à disposition de gel hydroalcoolique. On constate également un intérêt certains des consommateurs pour des solutions digitales comme le menu digital avec un QRcode (66%), ou encore avoir la possibilité de commander à table directement depuis son smartphone pour 1 consommateur sur 2. Les français seront également toujours favorables au fait de commander quand et où ils le souhaitent leur repas pour venir le chercher en click & collect (62%) ou en livraison (59%). Le digital va donc être un pivot très intéressant à suivre car il va permettre de rassurer le consommateur sur les mesures barrières et l’hygiène mise en place mais également sur la possibilité de choisir sa table sur plan dès la réservation. Enfin, quel que soit l’instant de consommation, midi ou soir, les français vont avoir besoin de se faire bichonner par leur restaurateur, car bien qu’ils aient consommé à emporter pendant la période de fermeture, rien ne remplace une expérience sur place. CHD Expert recommande de recentrer l’offre sur un plat du jour gourmand et maison ou sur une carte réduite mais avec des options pour montrer que l’on a tout prévu pour satisfaire et surprendre les clients.

En conclusion, CHD Expert et All Eat One soulignent « l’ensemble de la chaîne de valeurs attend la reprise avec impatience. Le retour au restaurant va symboliser la fin du Covid mais le consommateur a muté et il semble indispensable de s’adapter à ces changements en appuyant sur « reboot » pour le remettre sur les rails (reprise des habitudes de consommation). Il apparaît donc primordial de profiter du temps qu’il reste pour se préparer à cette reprise et faire face à tous les fronts qui vont s’imposer au restaurateur (gestion de l’espace de vente, de l’offre, politique de communication, gestion du personnel, maintien de l’expérience clients, maintien de sa philosophie de restauration…) au-delà des mesures barrières à respecter ».

(1) Etude réalisée auprès de 600 clients habituels des restaurants en France et au Royaume-Uni – le terrain s’est déroulé en France du 1er au 17 décembre 2020.

 

La rédaction