Accueil - CHR/Collectivités - BIM : où en est-on en cuisine professionnelle ?

BIM : où en est-on en cuisine professionnelle ?

5 avril 2021
BIM : où en est-on en cuisine professionnelle ?
De gauche à droite : Tugdual Papillon, Jacques Guilpart,Serge Brésin, Philippe Bauvit et Vianey Martin

Le webinaire BIM du Snefcca/AFF/AICVF qui s’est déroulé le 30 mars dernier a permis de présenter le BIM en cuisine professionnelle. Le replay de cette séquence est disponible ici.

Après une brève introduction (Serge Brésin et Jean-Luc Carré), Jacques Guilpart, Directeur de MF Conseil et Professeur associé au CNAM-Lafset, a dressé un petit historique des pratiques qui ont donné naissance au BIM (Building Information Modeling). Reprenant l’exemple de la machine à glace de Ferdinand Carré (1857), il a expliqué que depuis l’origine, « toute idée se traduit d’abord par un dessin… », pour donner ensuite naissance à une réalisation. Tables à dessin, rotrings et tracettes ont permis dans les années 80 à 90 de réaliser des plans et des schémas de principe avant que la révolution informatique ne chamboule les habitudes. Le métier de dessinateur change avec l’arrivée d’Autocad… Dans les années 2010, la puissance informatique et les capacités de stockage se développent et de la 2D, on passe à la 3D qui va donner naissance au BIM ou maquette numérique qui permet d’assembler différentes composantes 3D pour créer un bâtiment complet. Ces développements entraînent aussi de nouveaux investissements, des nouveaux outils informatiques mais aussi des besoins en nouvelles compétences. Jacques Guilpart insiste sur le fait que le BIM n’est pas que de la modélisation 3D, « c’est aussi, et surtout, de la fluidité pour la coordination et la gestion de chantier. Le BIM permet de visualiser immédiatement la cohérence ou non des interventions des différents corps de métier impliqués dans la réalisation d’un bâtiment… ». La maquette numérique permet de voir où passent les réseaux, si les réserves ont bien été placées, si les matériels rentrent par la porte etc.


Puis Vianey Martin, Responsable Bureau d’Etudes France chez Bonnet Thirode Grande Cuisine, a pris la parole pour présenter l’avancée du BIM dans la Grande cuisine. « En phase étude, en particulier lors de l’APD, le BIM est un outil précieux car il valorise un projet sur le plan commercial, conceptuel et technique. En offrant notamment la possibilité de présenter des vues 3D aux architectes et aux clients ce qui rend le projet vivant et d’une grande précision de rendu. En phase Exe, les différentes synthèses – techniques, réseaux et architecturale – permettent d’éviter les erreurs et les conflits (Clash). Enfin les DOE (Dossiers d’Ouvrages Exécutés), issus de tout le travail effectué en amont, offrent aux maître d’ouvrage toutes les informations techniques nécessaires à l’exploitation du bâtiment et à sa maintenance ».Vianey Martin en a profité pour présenter le travail engagé par le Syneg qui s’est donné pour mission de favoriser la diffusion du BIM dans la filière grâce à la standardisation et la création d’une marque volontaire (BIM compatible), attestant, après audit, la conformité des matériels de cuisine à ces standards. L’objectif étant de garantir aux installateurs et BET que les fabrications des adhérents du Syneg sont compatibles avec la maquette numérique et peuvent être utilisés pour répondre aux projets BIM. Le Webinaire s’est achevé avec l’intervention de Philippe Bauvit, formateur en dessin technique (BIM) et énergétique au CFA école de Travail ORT qui a aussi souligné que le BIM permettait de mieux maîtriser les coûts et les plannings de travaux.

Nelly Rioux